pk_live_wSjVV3EngqJDlRWoxYOvrX1r00gWR1d6bO

5 astuces pour surmonter ce manque d’assurance

Ah… ce fameux syndrome de l’imposteur… Celui-là même qui toque à ta porte dès tu entames un nouveau projet. Voilà ce que ça donne :

– Toc toc toc.

– Ouiiii ?

– Mais dis donc, tu sais faire ça toi ??!

Et voilà, le doute est présent, il s’est invité chez toi, tu n’as plus qu’à choper le pot de glace au chocolat au congélateur, et te goinfrer avec, en te lamentant sur ton sort. Ou sinon, tu peux lire cet article, et enfin vaincre le syndrome de l’imposteur ! Paf, on n’en parle plus ! Mais d’abord…

Le syndrome de l’imposteur, c’est quoi ?

Avant de vouloir combattre, il vaut mieux connaître son ennemi. Voici sa fiche d’identité :

  • Nom : Imposteur
  • Prénom : Syndrome de
  • Taille : Gigantesque
  • Localisation : Très présent au pays des perfectionnistes
  • Signe particulier : A une fâcheuse tendance à s’incruster sans qu’on l’y ait invité

… Pas vraiment le genre d’ami idéal, non ? Plus sérieusement, c’est une tendance qu’ont beaucoup de personnes à douter de leurs capacités. Au point parfois de les empêcher d’avancer. Les personnes atteintes de ce syndrome  se demandent en permanence si le résultat de leur travail n’est pas une imposture. Bien souvent, cela nuit à leur évolution, car elles n’osent pas prendre leur place. En freelancing, c’est une manie particulièrement handicapante, puisque tu ne peux compter que sur toi pour progresser. Mais avant tout…

Quels sont les signes qui ne trompent pas ?

Te reconnais-tu dans les phrases suivantes ?

  • « Oh, ce n’était pas grand-chose à faire… »
  • « C’est un travail d’équipe, je n’y suis pour rien ! »
  •  « J’ai eu de la chance, sur ce coup-là. »
  • « Mais pourquoi me confient-ils ce dossier ? Je ne serai jamais à la hauteur. »

Dès que quelqu’un met en avant ton talent, ta réussite ou bien tes compétences, tu trouves toujours une bonne excuse pour justifier le fait que ce n’est pas grâce à toi. Lorsque tu entreprends un chantier important, tu te mets une pression de dingue. Et quand quelqu’un te missionne pour quelque chose, tu as l’impression que tu ne vas jamais y arriver. Tu ressens toujours l’envie de te justifier, et tu trouves que les éloges que l’on te fait ne sont pas méritées. Voilà un tas de situations que vivent les personnes atteintes du syndrome de l’imposteur.

Ce n’est ni une maladie ni un truc bizarre, en fait, beaucoup de personnes vivent avec ce sentiment d’être un imposteur par rapport à ce que l’on attend d’eux, ou les succès qu’on leur attribue. D’où le nom de cette manie « le syndrome de l’imposteur ». Mais alors, comment se débarrasser de ce manque d’assurance chronique ?

Astuce n°1 : Mets-le au placard

Paf, verrouillé à double tour, comme ça tu es tranquille. Non plus sérieusement, essaie de l’ignorer. Oui, je sais, tu l’entends sur ton épaule droite te susurrer que non, tu ne sais pas faire ça, ou bien que tu n’as pas ta place ici. Ne l’écoute pas !!

Bouche-toi les oreilles et avance. Un peu comme les marins doivent ignorer les sirènes, sous peine de couler au fond des mers… Ignore superbement cette petite voix qui ne veut pas que tu progresses, et montre-lui de quoi tu es capable.

syndrome de l'imposteur

Astuce n°2 : Accepte les compliments pour valider ta légitimité 

(Et note-les !) Je suis certaine qu’on t’a déjà félicité pour ton travail. Au mieux, tu as murmuré un timide merci. Au pire, tu as carrément dit que c’est grâce au coup de main de ton collègue… Alors, pour une fois, accepte les compliments. C’est TON boulot qui est complimenté. Et c’est TOI qui l’as fait. Donc, tu mérites ce compliment !

Profites-en pour tenir un petit carnet des compliments que l’on te donne. Dans tes moments de doute, jettes-y un oeil pour te rassurer, tu verras, cette méthode fait des miracles.

Astuce n°3 : syndrome de l’imposteur ? Même pas peur !

Imagine, on te propose une super mission. Sauf que tu n’as jamais fait cela auparavant… Donc, tu es paralysé par la peur, au point d’envisager de décliner cette proposition. Surtout pas, malheureux.se ! Accepte, précise si besoin que c’est la première fois que tu réalises ce genre de travail, mais lance-toi !

Aller au-delà de ta zone de confort te permettra de prendre confiance en toi, petit à petit. Pas besoin d’y aller à pas de géant, mais essaie régulièrement de te confronter à une situation que tu estimes inconfortable. Au fur et à mesure, cela deviendra de plus en plus facile pour toi.

Astuce n°4 : Cesse de te comparer aux autres

Oui, d’autres personnes sont plus douées que toi. Mais vois-tu que d’autres personnes sont aussi moins talentueuses que toi ? A priori, non, car sinon, le syndrome de l’imposteur ne viendrait pas te titiller.

listes ses qualités pour vaincre syndrome imposteur

Alors, tout simplement, arrête de lister tout ce qui est mieux chez untel ou untel. Au lieu de cela, fais plutôt une petite liste -que dis-je : une GRANDE liste- de tous tes points forts. Comme si tu préparais un entretien d’embauche, et que tu devais répondre à la question “Listez-moi toutes vos compétences”. Sois exhaustif, et garde cette feuille pour les jours où le syndrome de l’imposteur viendra pointer son nez.

Astuce n°5 : Fais-toi accompagner

Si vraiment, le syndrome de l’imposteur t’empêche d’aller de l’avant, n’hésite pas à demander de l’aide. En ce qui me concerne, j’aide les freelances débutants à prendre confiance en eux pour vivre de leur activité. J’aide aussi les salariés qui aimeraient trouver le courage de quitter leur job, mais qui n’osent pas, à cause de cette manie de croire qu’ils ne sont pas “assez”. Sache que tu es “assez”. Pas trop, ni pas assez, juste comme il faut. Et si tu veux qu’on en discute, envoie-moi un petit message.